L’écharpe tricolore, l’attribut arboré par les maires et les parlementaires, un symbole de notre république

L’écharpe tricolore fait partie de notre patrimoine culturel et politique. Elle est un des accessoires du costume officiel des élus communaux (maire, adjoints et conseillers municipaux) et des parlementaires à l’Assemblée nationale et au Sénat. Intéressons-nous à la fonction de cette écharpe particulière et hautement symbolique en matière d’autorité et de pouvoir dans la République Française.

Ses origines

L’écharpe tricolore à franges des élus de la République Française a été créé en juillet 1792 par l’Assemblée législative. Elle a l’aspect sous lequel on la trouve actuellement sur les épaules des maires ou parlementaires depuis la Seconde République. Par la suite le décret du 20 mars 1870 stipule que : « lorsque les officiers municipaux seront en fonction, ils porteront pour marque distinctive une écharpe aux trois couleurs de la Nation: bleu, blanc et rouge ».

La signification des 3 couleurs

Les 3 couleurs sont naturellement celles empruntées au drapeau national. Elles sont nées sous la Révolution française de l’association des couleurs du roi et de celles de la ville de Paris. Le blanc évoque la monarchie, la royauté, symbolise aussi la pureté. Le bleu et le rouge représenteraient ensemble les couleurs de Paris, plus précisément celle des Capétiens et celle des Carolingiens.

De quoi se compose-t-elle ?

Le ruban tricolore mesure 2 mètres de long, il est ajustable et fait exactement 11 centimètres de large.

Il existe une petite distinction entre celle du maire et de son adjoint, les glands sont de couleur or pour le premier et argent pour le second. Ils font partie des éléments de passementerie avec les franges.

Il ne reste désormais malheureusement que très peu d’entreprises qui fabriquent actuellement l’écharpe utilisée par les élus de la République sur le territoire français.

A quelle occasion se parent nos élus de l’écharpe tricolore ?

Si au premier abord elle accompagne librement l’élu dans son exercice et ses représentations, son utilisation est autorisée dans un cadre bien précis et répond à des règles régies par les lois. L’usage de l’écharpe tricolore fait l’objet du décret n°2000-1250 du 18 décembre 2000 du Journal officiel.

Le port de l’écharpe par les élus communaux

Les maires portent l’écharpe tricolore avec glands à franges d’or dans les cérémonies publiques, également lorsque l’exercice de leurs fonctions rend essentiel le fait d’arborer ce signe symbole de leur autorité.

Les adjoints sont amenés à porter l’écharpe tricolore principalement à l’occasion de l’exercice de leurs fonctions d’officier d’état civil et d’officier de police judiciaire. Néanmoins, le port de celle-ci est de rigueur quand exceptionnellement ils suppléaient ou représentent le maire.

Il est intéressant de noter qu’à l’occasion de manifestations hors du territoire de la commune, le port de l’écharpe pour le maire est rigoureusement interdit.

 

Le port de l’écharpe par les parlementaires

Dans l’article 72 du 31 mai 1848 de l’Assemblée nationale constituante, on prend connaissance que « dans les cérémonies extérieures, les représentants portent, en outre, une écharpe tricolore à franges d’or suspendue à l’épaule droite et passant sous le bras gauche ».

De la même manière les textes régissant le fonctionnement de l’Assemblée nationale et du Sénat évoquent le port de l’écharpe. Il s’agit de l’article 163 du règlement de l’Assemblée nationale et 107 de celui qui régit le Sénat.

Le règlement du Sénat précise : « des insignes sont portés par les sénateurs lorsqu’ils sont en mission, dans les cérémonies publiques et en toutes circonstances où ils ont à faire connaître leurs qualités. La nature de ces insignes est déterminée par le Bureau du Sénat ». (Source : http://www.senat.fr/reglement/reglement_mono.html#toc257)

Celui de l’Assemblée nationale l’évoque dans des termes similaires. (Source : http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/reglement.asp)

Comment se porte l’écharpe tricolore ?

C’est le Journal Officiel qui nous apprend comment la fameuse écharpe doit être portée par les élus et les parlementaires. Le décret 2000-1250 du 18 décembre 2000 publié dans le Journal Officiel du 23 décembre 2000 y fait référence. (Source : https://legimobile.fr/fr/lr/jorf/2000/12/23/2000-1250/)

Dans un premier temps, l’écharpe se porte par tous nos élus de la même manière. Elle est portée croisée sur l’épaule droite et les franges viennent prendre naturellement place sur la hanche côté gauche.

Un signe permet néanmoins de distinguer un parlementaire d’un élu municipal : l’ordre des couleurs. Pour le premier, la couleur rouge est portée le plus haut proche du col. A l’inverse, pour le maire par exemple, on observera l’inverse et la couleur bleu se tiendra en première place.

Elle peut être portée classiquement en écharpe ou en ceinture, les franges se plaçant à chaque fois sur la hanche gauche.

Que fait-on s’il y a cumul des mandats ? La réponse est simple. De manière naturelle, le mandat national prend le dessus.

 

A lire également :