Les origines du mot écharpe, son évolution et ses expressions

Le mot écharpe tel qu’on le connaît aujourd’hui est plutôt le résultat d’une évolution récente d’une forme ancienne qui témoigne des différents sens et fonctions que l’on a attribué à l’écharpe au fil des temps. S’intéresser à l’histoire et les origines de l’écharpe implique naturellement d’en étudier l’étymologie, les différents vocables dans lesquels on y fait référence.

Les racines du mot écharpe et son évolution

Le mot « écharpe » trouve ses origines dans le fonds primitif, c’est-à-dire au sein des racines même, du fonds originel de la langue française avant que celle-ci ne devienne une langue écrite. Il est issu plus exactement du francisque parlé à partir du 6ème siècle des mots « skirpa » ou « skirpja » qui signifie panier ou sac de jonc et du latin « scirpus ».

Au 12ème siècle, l’ancien français s’en inspirera à travers les terminologies similaires « escharpe » et « escherpe ». A cette époque, l’accessoire s’apparentait tout simplement à une sacoche pendue au cou qui avait la particularité d’être portée en bandoulière. Par prolongement, elle adoptera le nom d’écharpe et nommera la bande d’étoffe que l’on portait de façon oblique d’une épaule jusqu’à la hanche opposée. Elle était en ce temps un accessoire appartenant à la tenue militaire pour un chevalier, un croisé ou un élément indispensable faisant partie de l’accoutrement d’un pèlerin. Cette citation datant de 1280 et tirée du Roman de la Rose de Jean de Meung en témoigne : « De larrecin ot ung bordon Qu’il reçut de Barat pour don, De triste pensée roussi ; Escharpe ot plaine de soussi… ».

evolution du mot écharpe

Ce ne sera qu’à partir du 16ème siècle que le mot tel qu’il est orthographié aujourd’hui nous apparaît. On le retrouve dans cet extrait de « Odes » de Pierre de Ronsard : « Lors un temple j’edifirai, Ou ton image je ferai De longues tresses honorée, Sur son dos pendant l’arc Turquois, La Lire seur de son Carquois Et au flanc l’écharpe dorée. ». Elle deviendra alors peu à peu alors l’accessoire vestimentaire de mode que l’on connaît actuellement.

Sa présence dans les expressions de la langue française

De manière surprenante, le mot écharpe est utilisé dans un univers complètement différent de celui de la mode : le domaine de la menuiserie et du bâtiment. Le terme écharpe peut signifier une pièce de bois ou de fer servant à tenir entre elles d’autres pièces afin de les assembler ou un cordage servant à nouer une pièce lourde et volumineuse afin de la déplacer.

Écharper : un verbe au sens teinté de violence mais sans lien direct avec le terme écharpe

Son origine est à chercher du côté de l’ancien français. Il provient de « charpir » signifiant déchirer. Loin de la notion d’accessoire et de bande de tissu, le verbe signifie l’action de blesser gravement une personne, renvoie à l’idée de destruction : on écharpe, on lacère, on déchiquète, on réduit d’ailleurs en « charpie » … On l’emploie également afin d’évoquer le fait de critiquer sévèrement, d’étriller, de descendre en flammes …

Les différentes expressions accompagnées de la locution adverbiale « en »

Porter le bras en écharpe

Le plus souvent blessé, le membre est porté en écharpe c’est en croissant la bande d’étoffe qui le soutient depuis l’épaule en passant sur la poitrine.

Porter son cœur en écharpe

On aborde ici à un tout autre registre : l’affect et les émotions. Cette expression désigne une notion subjective en lien avec nos sentiments, le fait de laisser la douleur, montrer la peine que l’on ressent.

Tirer en écharpe

Cette tournure met simplement en exergue le fait de tirer de travers. Elle est utilisée dans le vocabulaire militaire. On peut aussi être pris en écharpe lors d’une fusillade par exemple.

Collision en écharpe

Dans l’univers du transport routier, des véhicules que ce soit automobile ou ferroviaire, on nomme de cette manière une collision entre deux véhicules se percutant latéralement.

 

Lectures complémentaires :