L’écharpe à travers les âges et les mots

Cette étoffe n’a pas toujours eu l’aspect ou la fonction qu’elle a aujourd’hui. Intéressons-nous à ses racines aussi bien du point de vue historique que de manière plus littéraire en étudiant particulièrement son étymologie. L’écharpe nous dévoile son histoire.

Étude de la filiation du mot écharpe

Les recherches sur son propre nom, son évolution et son apparition sont très instructives. Les résultats nous donnent des indications sur son utilisation dans le passé et nous montrent plus particulièrement à quel point l’accessoire a évolué. Les premières traces appartiennent au fond primitif arrière, l’ancêtre de la langue française et nous font voyager dans le temps pas moins de 1500 ans en arrière. L’étymologie du mot écharpe est riche d’enseignements.

L’écharpe, un insigne évoluant au fil de l’histoire et des guerres

Dès le Moyen Âge, les chevaliers avaient comme coutume de porter de nombreux accessoires dont une étoffe. Marque d’une attention, présent d’une maitresse ou simple suaire, l’écharpe accompagnait le chevalier en armure au combat bien avant de devenir un signe militaire distinctif et utile. Avant de porter les couleurs de sa faction ou des troupes, l’écharpe fut bien souvent le témoignage d’un amour que le combattant emmenait avec lui sur le champ de bataille.

Quand l’écharpe fascine les personnalités et inspire les écrivains

Christophe Barbier et le Petit Prince. A priori rien ne les rapproche mais quel pourrait être le point commun entre ces deux noms ? Vous l’avez sans doute deviné, c’est bien de notre étoffe favorite qu’il s’agit ici. Elle contient une forte symbolique. L’écharpe façonne l’image de personnages célèbres et de figures de grande notoriété.