Le chèche, plus que jamais dans l’air du temps

Le chèche, à l’origine long turban servant de coiffe au peuple nomade afin d’affronter les conditions climatiques difficiles du désert, se loge désormais dans les penderies de la gent masculine. Éloigné de son utilité première, de par son élégance et sa simplicité, tout comme l’écharpe pour homme, le chèche a aujourd’hui une place de choix parmi les accessoires de mode.

L’histoire du chèche, son étymologie et ses origines

Les mots chèche ou chech, son dérivé proche chéchia sont issus de l’arabe shash, ancien nom donné à une ville de Perse désormais nommée Tachkent, capitale de la République d’Ouzbékistan. On trouve quelques-unes de ses traces dans des écrits à partir du 16ème siècle.

Chèches turban des nomades touareg
Chèches des nomades touareg

Le chèche est une coiffe traditionnelle berbère constituée d’une longue écharpe légère enroulée en turban autour de la tête. En Tamasheq, langue du peuple touareg, il est également nommé tagelmust ou litham. Son utilisation est de même remarquée dans la culture mauritanienne. Sorte de turban, le cheche est un voile masculin recouvrant une grande partie du visage que l’on associe inéluctablement au peuple nomade touareg présent dans le désert du Sahara.

Un accessoire qui répond à la nécessité de se protéger face aux conditions difficiles du désert

Les conditions climatiques inhérentes aux déserts nord-africains sont particulièrement difficiles. Les nomades vivant dans ces vastes étendues désertiques sont confrontés à un environnement hostile auquel ils doivent quotidiennement faire face. La façon spécifique dont ils se vêtissent contribue à se prémunir des contraintes liées à ce type de conditions de vie.

Au même titre que le keffieh ou la ghutra, le chèche permet de se protéger dans le désert du soleil écrasant, de la chaleur accablante, du vent et du sable. Une fois noué, il recouvre quasi entièrement le visage, on ne distingue plus alors que les yeux. Il complète la tenue ample, légère et flottante : la gandoura.

Déclinant son usage, la mode s’approprie le chèche homme et le sublime

Magazines de mode ou people, défilés, portés par les stars ou tout simplement dans la rue, il a fait son entrée dans la mode vestimentaire occidentale depuis quelques années. Le port du chèche se propage timidement dans les années 90 et peu à peu est adopté par les occidentaux et l’univers de la mode de façon plus récente. Le fameux foulard est devenu un must de la mode masculine.

chèche coton à carreaux
Chèche homme en coton à petits carreaux

Si le chèche pour homme recouvre principalement la tête dans son utilisation d’origine, il n’en va pas de même pour l’accessoire de mode : il se porte autour du cou à la façon d’une écharpe et se noue d’une multitude de façons. Il se décline en divers coloris, se pare de différents motifs. C’est une pièce de tissu en coton à l’aspect froissé, en lin ou en viscose idéale à porter à la mi-saison. De fines franges ajoutées à ses extrémités l’embellissent avec finesse et légèreté.

Comment porter le chèche ?

Utilisé en turban par le passé, on le porte à la manière d’une écharpe ou d’un foulard. De ton uni, le chèche joue l’atout de la sobriété sur une tenue simple, décontractée et raffinée. Agrémenté de rayures ou autres motifs, il ajoutera une touche supplémentaire de couleur et de fantaisie sur une tenue classique.

Plus vous lui donnerez du volume, plus celui-ci aura l’avantage d’affiner les traits de votre visage. Noué et torsadé à la façon d’un tour de cou, il allongera le port de tête. Il se porte en foulard ou en écharpe pour mettre en valeur la luminosité d’un visage. Les peaux foncées favoriseront les couleurs froides pour un teint bonne mine. Les peaux claires choisiront les couleurs chaudes pour souligner la forme de leur visage. Le chèche est aussi bien apprécié pour son côté pratique, décontracté que pour le style personnel qu’il apportera à votre look, un accessoire de mode à part entière…

Pour savoir comment nouer votre chèche, voici également une vidéo qui vous donnera peut-être quelques idées :

 

A lire également :